Sélectionner une page

La loi de Constance universelle

René Quinton

René Quinton et l’Eau de Mer en Thérapeutique

 

La loi de Constance marine :

 « La vie animale c’est maintenu dans un milieu identique à celui de ses origines. »

 La loi de Constance thermique :

« La vie animale temps à se maintenir à une température constante (inférieur à 44 degrés) proche de celle de nos origines. »

La loi de Constance osmotique :

«  L’identité du milieu marin et du milieu intérieur permet l’équilibre osmotique et le maintien de la vie »  

La terre à ses débuts, à une forte température, qui au fil du temps, n’a de cesse de se refroidir. la vie a commencé à une température proche des 44 degrés dans les océans. la planète se refroidissant inexorablement, les animaux apparus à cette époque, n’avait pas la capacité de maintenir leur température sur celle des origines, c’est-à-dire 44 degrés. De ce fait, lorsque la température est tombée à 42 degrés, 40 degrés, 38 degrés, tous ces animaux en suivi ces baisses de température, c’est le cas des reptiles et des batraciens, qui n’ayant aucun pouvoir d’élever leur température interne, se sont maintenus à celle du milieu où ils vivent. mais avec le temps, les cellules se sont adaptés et au cours des âges, de nouvelles espèces se sont créés à partir d’anciennes, capable par combustion d’augmenter sensiblement leur température afin de lutter contre le refroidissement de notre planète et son environnement, ainsi lorsque la terre passa de 44 degrés à 43 degrés l’organisme des reptiles descendu également de 1 degrés, mais celle des mammifères ayant une capacité de combustion interne, augmenta de 1 degrés ce maintenant de se fait à 44 degrés, mais lorsque la température globale du globe tomba encore plus bas, d’un degré passant de 43 degrés à 42 degrés, les reptiles comme d’habitude suivirent la baisse de température tandis que les mammifères c’étant en maintenu à 44 degrés lorsque la température ambiante était de 43 degrés ne pouvant augmenter celle-ci, passerons à 43 degrés.

Alors un nouvel organisme naîtra de l’ancien et s’adaptant à cette nouvelle baisse de température il développera un pouvoir calorifique croissant capable d’augmenter sa température de 2 degrés afin d’être à 44 degrés, la température originel. Etcetera…

Cette théorie de René Quinton, démontre que les organismes ce n’est que la conséquence de la constance des cellules à maintenir leur température à celle de leurs origines, c’est-à-dire 44 degrés. Cela signifie en conséquence que les espèces les plus récentes doivent avoir une température proche de 44 degrés et les plus anciennes une température plus faible. Cette théorie bouleversa totalement la conclusion des scientifiques de son époque, comme le physiologiste Charles Richet qui dans son œuvre « la chaleur animal », concluait que la température animal se maintenait essentiellement entre 37,7 degrés et 39 degrés. afin de vérifier cette théorie, Quinton s’attela à faire des prises de température sur différentes espèces d’animaux afin d’étayer sa thèse, le résultat fut sans appel, les espèces les plus récentes comme tous les oiseaux, ont bel et bien une température proche de 44 degrés et les espèces plus anciennes comme l’ornithorynque, ont une température moyenne de 30 degrés Quinton prend également la température de l’une des plus anciennes espèces d’oiseaux Aptéryx (le kiwi) dont il fixes une température théorique a environ 37 degrés en fonction de sa période d’apparition sur terre, la température du kiwi fut révisé à 37,2 degrés, en conséquence. Cela signifie bel et bien que la température interne des espèces signe la date de leur apparition.

Mais alors dans ce cas-là, que penser de l’homme avec cette 37 degrés. Dans cette logique, non seulement, cela ne fait pas de nous une espèce récente comme le voudrait la théorie de l’évolution. Mais qui plus est, nous ne saurions pas non plus la conséquence logique d’une adaptation depuis notre supposé statut de singe, en d’autres termes nous sommes arrivés sur Terre, tel que nous sommes a ce jour. Car sinon expliquer une telle stagnation depuis l’homo sapiens, et ça pour les darwinistes, c’est tout simplement impensable, le 8 octobre 1896 René Quinton déposa son exposé sur ce sujet de façon plus détaillé, l’intitulant :

« Les deux pôles foyer d’origine. Origine australe de l’homme. »

Il n’empêche que si la loi de Constance thermique simule que les cellules ont un fonctionnement optimum avec une température proche de 44 degrés, on comprend maintenant la logique naturelle de la fièvre, l’élévation de la température permet au corps lorsqu’il est malade de mobiliser ses défenses immunitaires.

La fièvre à une action directe sur les agents pathogènes tout en stimulant les défenses de l’organisme. Même s’il ne faut pas que les fièvres soient trop élevées. Il n’en demeure pas moins que ce phénomène naturel est plus à surveiller qu’à combattre, comme nous le faisons trop souvent de nos jours. Dans « le secret de nos origines et vertus curatives de l’eau de mer » révélé par René Quinton. Voici ce qu’écrivait André Mahé :

« Un Allemand, le professeur Henri Lampter, rapprocha de l’expérience faite par Pasteur sur les poulets un certain nombre d’observations. Les Japonais qui usent abondamment de bains chauds, ne présentent qu’un chiffre très bas de cancer dans les statistiques, 20 fois moins que les chiffres courant.

Pendant la dernière guerre, Henri Lampter se guérit d’une fièvre typhoïde en utilisant des bains hypercaloriques. Sur le front russe, il va a bout, grâce à ce moyen, d’une épidémie de la même maladie (la typhoïde). Il faisait prendre aux soldats des bains de 43 degrés. »

Avec un autre allemand, le professeur Goetze, Henri Lampter essaya de traiter des cancers superficiels,  puis ils étendirent la méthode à d’autres cancers.

Pour expliquer les résultats obtenus, Henri Lampter et Goetze déclarent : « lorsque la température du corps est porté artificiellement à 39 degrés, la cellule maligne commence à dépérir, et à 42 degrés,  elle périt ; par contre, la cellule saine supporte aisément une température interne de 43 degrés, et elle n’est en danger qu’aux environs de 45 degrés. »

Constatant la vertu des cellules de se maintenir à leur température originelle, René Quinton, émit également l’hypothèse que les cellules composant chaque organisme étant né dans un milieu marin, tante de se maintenir dans ce milieu des origines.

En d’autres termes, il n’y aurait pas de différence entre le plasma sanguin et le plasma marin. Sa fameuse loi sur le milieu marin. Il vérifia sa théorie en prélèvent du sang sur différents animaux en le mélangeant avec de l’eau de mer isotonique (au taux de salinité correspondant à l’espèce) il constatera que le processus cellulaire n’est pas bouleversé et qu’en plus même les globules blancs survivent aisément dans ce milieu. Alors qu’il ne survivrait jamais en dehors de leur milieu sanguin. Remplacer le plasma sanguin par du plasma d’eau de mer dans un organisme vivant serait-il possible c’est ce que René Quinton fera en 1897.

Sanation par injection de plasma marin

« L’eau de mer, milieu organique »

René Quinton 1904

Très intéressant d’un point de vue médical mais pas de celui financier

Qu’est-ce qu’un sérum de Pasteur ? C’est un sérum particulier à la maladie et contre cette maladie un sérum qui attaque un microbe déterminé et aucun autre.

Qu’est-ce que l’eau de mer ? C’est un sérum qui n’attaque aucun microbe en particulier, mais qui donne à la cellule organique la puissance de lutter contre tous.